L’Homme préhistorique et le temps

Nous allons publiés chaque mois quelques éléments de réflexion sur ce thème dont : l’Homme et le temps, l’Homme et l’évolution, l’Homme et l’environnement, l’Homme et la technique, l’Homme et l’habitat, l’Homme et les croyances, l’Homme et la science…

Dans les manuels scolaires, le temps préhistorique est appréhendé sous la forme de frises chronologiques, de lignées humaines et beaucoup plus rarement d’arbres de l’évolution. Ces deux derniers points seront traités dans le thème « l’Homme et l’évolution ».

La présentation des documents comme des contenus qui sont proposés pose de nombreux problèmes. Le temps est linéaire (pas de cycle, pas de simultanéité, pas de régression), orienté (de gauche à droite), compacté (effets accordéons des frises) et synthétique (des contenus de natures diverses concentrés sur une ligne) associé à une idée de progrès dirigé (la droite est synonyme du futur) et continu (vers une amélioration constante). La périodisation est partiale puisqu’elle ne prend en compte ni le mésolithique ni la protohistoire. Enfin, rien ne justifie la pertinence des faits préhistoriques proposés dans les manuels, qui varient au gré des éditeurs.

Du point de vue d’une épistémologie de l’archéologie, une frise chronologique préhistorique devrait être proposée :

      • Verticalement en référence à la géologie et en particulier à la stratigraphie : chaque thème (climat, technique, habitat, fossiles humains, art) serait matérialisé par une bande.
      • Orientée du haut vers le bas : pour éviter toute association avec une idée de progrès.
      • Ponctuée de dates absolues associées à des événements (fossile humain, outil).
      • Composées de processus matérialisés par des durées (bipédie, sédentarisation)
      • La présence de toutes les périodes avec un découpage de la préhistoire qui soit au plus près du savoir savant : un pré-paléolithique[1], un paléolithique divisé en sous-périodes, un mésolithique, un néolithique, un âge des métaux et une transition vers l’histoire par la protohistoire.
      • La définition de la préhistoire ne doit pas se résumer au fait qu’il n’existe pas d’écriture, à une conception chronologique segmentée (des étapes successives), avec des ruptures marquées entre les périodes et aucune explication de fond en terme de processus social (Sierra, 2013, p.5).
      • La chronologie préhistorique dépend de la zone géographique : elle est différente selon que l’on se situe en Amérique, en Asie, en Afrique ou en Europe. En présenter la diversité, permettrait de relativiser la connaissance proposée.

Une telle frise doit offrir une vision à la fois synchronique et diachronique, tout en travaillant la notion d’échelle et donner le moins possible prise aux caricatures : favoriser les nuances et ne plus associer de façon simpliste un événement à un fossile humain ou un événement et une valeur morale à une période[2]. Elle permet aussi la mise en place d’un travail de périodisation avec les élèves que l’on peut inviter à découper en époques, sur la base des événements et des tendances qui y sont figurées. Les propositions argumentées sont alors comparées au découpage « officiel » et commentées[3].

La chronologie de la Préhistoire est donc un terrain de jeu épistémique tout trouvé pour l’enseignant et les élèves, car il permet de travailler sur la façon dont s’est construite la périodisation de la Préhistoire. Une frise avec de multiples bandes verticales thématiques côte à côte (les fossiles humains, les outils, le climat, l’art, etc.) sur lesquelles on trouve des images d’objets archéologiques, offre la possibilité de travailler sur l’axe horizontal et vertical. Elle permet d’aborder les questions de la succession (descendance ou parenté entre les hominidés), de la simultanéité (plusieurs hominidés contemporains), de la répétition (cycle), du changement (gradualisme et ponctualisme en préhistoire), de la permanence (la bipédie pour la lignée humaine), des causes et des effets (bipédie, libération de la main, développement du cerveau ?), de connecter des événements ou des processus, mais aussi tout simplement de se représenter l’espace-temps et d’en avoir une vision distanciée.

[1] Entre 7 millions d’années avec Sahelanthropus tchadensis et 3,3 millions d’années avec les premiers outils. Ce peut être l’occasion de faire la différence entre le paléontologue et l’archéologue.
[2] Premier outil/Homo habilis ; le feu/Homo erectus ; la sépulture/Homo neanderthalensis ; l’art Homo sapiens ; la sédentarisation, l’élevage et l’agriculture/le néolithique ; l’écriture/l’histoire et biens-sûr les ruptures (idéologiquement marquées de la part des éditeurs comme des auteurs des manuels.) présentées en terme de progrès entre paléolithique et néolithique puis entre néolithique et histoire.
[3] Pour avoir procédé à ce type d’exercice, nous pouvons dire que les propositions des élèves ont souvent plus de sens que le découpage officiel car elles prennent en compte l’ensemble des critères (climat, habitat, art, outils, fossiles humains). La périodisation officielle du paléolithique n’est construite qu’à partir de l’outillage.