A propos

J’ai réalisé une thèse de doctorat en sciences de l’éducation sur « le savoir historique à l’épreuve des représentations sociales : l’exemple de la Préhistoire et de Cro-Magnon chez les élèves de cycle 3″.
Archéologue de formation et licencié en histoire-géographie, je m’investis dans les questions d’éducation et de médiation du patrimoine archéologique et historique.
Je m’intéresse à la mise en oeuvre d’une didactique de la préhistoire dans le cadre d’une épistémologie de l’archéologie (applicable à l’Antiquité et au Moyen Âge) mais aussi de l’histoire en articulant la théorie des représentations sociales ( Moscovici) et le modèle intermédiaire d’appropriation de l’histoire ( Lautier, Cariou).
Mon travail, au croisement des sciences de la nature et des sciences sociales, implique donc le développement d’un champ d’investigation nouveau : la création d’outils et de méthodes sur le versant de la recherche comme sur le versant pédagogique en vu de favoriser l’action de médiation du facilitateur (enseignant ou médiateur culturel et scientifique) et les apprentissages de l’apprenant dans un contexte d’éducation formelle et non-formelle.
L’archéologie s’inscrit dans une grande anthropologie générale. Elle appartient selon nous aux sciences humaines et en particulier aux sciences historiques et sociales (SHS) mais elle s’en démarque toutefois à cause de la nature de ses données. C’est la seule discipline des SHS qui traite simultanément le vivant et le non-vivant, le naturel et le culturel. De ce fait, elle se situe entre deux régimes épistémologiques : elle emprunte à la fois à la méthode hypothético-déductive et expérimentale qui caractérise les sciences de la nature et la méthode argumentative, qui vaut dans bon nombre de sciences humaines.
J’ai choisi de considérer ce croisement épistémologique dans le cadre d’une didactique de la préhistoire et des périodes historiques.

Pour une didactique de la préhistoire