Animation socioculturelle

J’ai passé mon BAFA (Brevet d’Aptitudes aux Fonctions d’Animateur) à 17 ans, en 6 mois de temps, puis j’ai enchainé les séjours de vacances, durant les vacances de février (neige), de Pâques et d’été. Pendant plusieurs années, j’ai animé deux colonnies de vacances consécutives en juillet et en août.

Très vite, je me suis rendu compte que l’animation socioculturelle avait beaucoup perdu des valeurs de l’Éducation Populaire et que les activités proposées ne disposaient pas d’une grande valeur ajoutée.

J’ai donc décidé de mettre en oeuvre les premières animations archéologiques. Alors étudiant en DEUG à Paris 1 et sous les conseils de Christian Gaborieau, archéologue et attaché de conservation à l’Écomusée de la Courneuve (mon mentor en archéologie), j’ai proposé la première animation de fouille archéologique au centre de loisirs d’Herblay (Val d’Oise).

 A 21 ans, j’ai passé mon BAFD (Brevet d’Aptitudes aux Fonctions de Directeur) puis je me suis mis à diriger des séjours de vacances. Chaque année, comme lorsque j’étais animateur, j’ai varié les expériences, travaillant tantôt pour des gros comités d’entreprises, des fédérations d’éducation populaire ou de petites associations.

Arrivé en licence d’archéologie, j’ai décidé de créer une association pour développer l’animation archéologique. « Archéologie Sans Frontière » (1993) a eu son siège social à l’Institut Michelet (Paris 1) et a permis la mise en oeuvre d’interventions dans tous les centres de loisirs de la Ville de Paris : peinture préhistorique, maison néolithique, parure, etc. Cette période fut l’occasion d’explorer des techniques d’animation scientifique, d’essayer des dispositifs, d’inventer des démarches. Le principe de la médiation culturelle était lancé mais je ne savais pas que j’en faisais !

Quelques années plus tard, avec la création de l’association d’imp-Actes (2001), j’ai décidé d’appliquer mes conceptions éducatives et pédagogiques c’est pourquoi j’ai organiser et dirigé mes propres séjours de vacances. C’est ainsi que son nés des colonnies à petits effectifs pour favoriser la qualité relationnelle et à forte valeur ajoutée culturelle : un thème (préhistoire, antiquité, moyen âge, égypte, mayas…), de la fouille archéologique, des visites du patrimoine local, une activité sportive (spéléologie, canoé, etc.), le tri sélectif et une alimentation issue de l’agriculture biologique puisque nous défendions aussi des valeurs de vie. Et bien-sûr tout l’arsenal de l’animation socioculturelle au service du projet.

Pour une didactique de la préhistoire