Archéologie

Ma formation initiale est principalement celle de l’archéologie et auxiliairement de l’histoire-géographie. J’ai très tôt opté pour un bi-deug puis une double licence « histoire et archéologie » car j’ai toujours été convaincu par la complémentarité des deux approches. Dans cet esprit, j’ai d’ailleurs suivi des cours d’éthnologie à Paris X et d’écriture maya à l’Inalco avec Michel Davoust.

J’ai fait mes études d’archéologie à l’université de Paris jusqu’en DEA où j’ai eu le plaisir de suivre les cours d’Yvette Taborin et de Nicole Pigeot (préhistoire), de Jean-Paul Demoule (protohistoire), de Pierre-Jean Trombetta (archéologie urbaine), d’Eric Taladoire (archéologie précolombienne), de Jean-Paul Thalmann (archéologie du proche-orient), de François Djindjian et François Giligny (méthodes et théories de l’archéologie), etc. j’ai complété cette formation par une licence d’histoire et de géographie toujours à Paris 1.

Après avoir hésité entre la préhistoire (l’art pariétal) et le précolombien (les Mayas), j’ai opté pour une spécialisation en épigraphie maya, avec l’avantage de parler l’espagnol.

Alors que j’étais étudiant, j’ai monté en 1993 (en licence) puis en 1996 (en maîtrise) mes propres projets de recherche sur des cités mayas. J’ai réuni pour chaque projet un financement privé de 35000€. Ces missions archéologiques, novatrices à l’époque dans leur forme car intégralement sponsorisées, ont débouchées sur des travaux de recherche avec mention.

J’ai eu ensuite l’opportunité de bénéficier d’une bourse Franco-Mexicaine puis d’une bourse Lavoisier ce qui m’a permis de démarrer une thèse de doctorat (1) au Mexique durant deux années (1998-2000) où j’ai enseigné l’épigraphie à l’ENAH (École nationale d’anthropologie et d’histoire) et pratiqué l’archéologie et l’épigraphie maya. Faute de moyens financiers suffisants, j’ai dû interrompre mon travail de recherche et revenir en France.

 Au cours de cette période, j’ai co-fondé « Wayeb », une association européenne de chercheurs devenue une association de recherche mondiale incontournable.

 J’ai principalement travaillé sur les sites archéologiques de Comalcalco (Tabasco) et de Yaxchilán (Chiapas) et collaboré à des campagnes de prospection et d’enregistrement de sites Olmèques (Veracruz).

 J’ai aussi participé à plusieurs missions de l’INAH (l’équivalent du Ministère de la Culture) et de l’Université Nationale Autonome de Mexico (UNAM) et à des conférences internationales aux Etats-Unis, au Mexique et au Guatemala.

 (1) Un modèle sémiotique pour l’identification, l’enregistrement et l’analyse global et structural des signes visuels graphiques et plastiques mayas.

Pour une didactique de la préhistoire