Didactique de l’histoire & Représentation

Notre travail s’inscrit au croisement de la psychologie sociale et des sciences de l’éducation. Même si nous nous référons avant tout à la théorie des représentations sociales nous avons souhaité inscrire notre recherche dans le cadre du modèle d’appropriation de l’histoire ainsi que dans celui de la transposition didactique pour deux raisons :

  • La Préhistoire est un contenu de l’histoire scolaire : elle doit donc, en théorie, être incluse dans le cadre de la didactique qui lui correspond, celle de l’Histoire.
  • La Préhistoire implique que l’on s’intéresse au savoir savant et au savoir à enseigner car, contrairement à l’Histoire, sa relation au savoir savant est plus directe. L’insuffisance des travaux en didactique sur la Préhistoire et l’absence de données documentaires historiques sur lesquelles s’appuyer (puisqu’il n’y a pas d’écriture) obligent l’enseignant à aller chercher l’information validée par une source « officielle » (la publication scientifique et/ou le manuel scolaire). Alors se pose la question de la validité du savoir et de sa transposition.

La didactique est une discipline qui s’intéresse à toutes les situations d’appropriation de savoirs en intégrant aussi bien une réflexion épistémologique (logique des savoirs), psychologique (logique de l’appropriation des savoirs) que pédagogique (en tant que science de la relation).

Il existe, selon J.P. Astolfi (1986), deux approches possibles de la didactique :

  • en amont en prenant en compte les contenus d’enseignement comme objet d’étude pour repérer les principaux concepts qui fonctionnent dans la discipline et l’analyse de leurs relations ;
  • en aval, en approfondissant l’analyse des situations d’appropriation de savoirs des élèves pour mieux comprendre de l’intérieur comment cela fonctionne et ce qui s’y joue : l’étude des représentations, leurs modes de raisonnement, la manière dont les élèves décryptent les attentes de l’enseignement.

Nos analyses sur les représentations s’intègrent très clairement dans cette seconde approche plus globale, car sociale. En didactique, le modèle intermédiaire d’appropriation de l’Histoire (Lautier, 1997 ; Cariou, 2012) et le concept de « transposition didactique » (Verret, 1975 ; Chevallard, 1985, 1991) ont montré leur valeur heuristique, c’est pourquoi il nous semble particulièrement fécond d’opérer une articulation avec celui de « représentation sociale » (Moscovici, 1961), car les trois font partie d’un domaine plus ample qui concerne le rapport au savoir.

Nous nous proposons, dans le document téléchargeable ci-joint, de présenter les concepts avec leurs élargissements, de questionner leur opérationnalisation sur la (pré) Histoire et de faire apparaître les liens qu’ils entretiennent avec la psychologie sociale et le socioconstructivisme.

Lien : Didactique de l’histoire et Représentations

Pour une didactique de la préhistoire