Représentations sociales

Depuis l’œuvre princeps de Serge Moscovici en 1961, la théorie des représentations sociales (TRS) n’a cessé de s’étendre géographiquement (en dehors de l’Europe), de s’amplifier d’un point de vue conceptuel (modèle bidimensionnel, principes générateurs, représentations intergroupes, etc.) et méthodologique (modèles sociogénétique, sociodynamique et structural) tout en démontrant sa capacité à s’articuler avec d’autres théories (les champs sociaux [Bourdieu, 1979], l’attribution causale [Heider, 1958], l’identité sociale [Tajfel et Turner, 1979], la cognition sociale [Ostrom, 1984], la domination sociale [Sidanius, 1999], la construction sociale de la réalité [Berger et Luckmann, 1994], la biographisation [Delory-Momberger, 2003], etc.).

Elle est devenue une référence non seulement en psychologie sociale, mais aussi en psychologie cognitive et pour d’autres disciplines en sciences humaines comme l’histoire, la géographie, l’ethnologie, la sociologie, l’économie ou les sciences de l’éducation.

Toutefois, l’utilisation de la TRS dans ces disciplines et notamment en sciences de l’éducation est disparate (Astolfi et Giordan, 1978 ; Audigier, 1993 ; Chevallard, 1985) et bien plus le fait de la didactique des sciences que des autres didactiques. En didactique de l’Histoire, elle est encore un territoire à explorer même s’il existe des avancées notables depuis une quinzaine d’années (Lautier, 1997, 2001, 2008 ; Cariou, 2012, 2014).

Dans le document téléchargeable ci-dessous, nous rappelons l’histoire de la TRS, la définition, la formation et les fonctions des représentations sociales (RS), les principaux modèles d’étude et les liens que la TRS entretient avec d’autres notions utiles à l’analyse de nos objets d’étude : la Préhistoire et Cro-Magnon.

Nous préciserons à chaque fois de quelle façon nous envisageons d’appliquer dans notre travail les méthodes et les concepts présentés.

Lien : Les représentations sociales

Pour une didactique de la préhistoire