Méthodologie

Auteur : Pascal laye
Auteur : Pascal laye

Nous nous sommes attachés à détailler les méthodes dont nous avons fait usage et la façon dont nous les avons utilisées.

Lorsque nous avons débuté le recueil de nos données, nous n’avions pas pris connaissance des méthodes spécifiques qui avaient été élaborées pour le recueil des représentations sociales, notamment par l’école aixoise. C’est pour cette raison que nous nous sommes retrouvés à procéder en deux temps : d’abord l’utilisation d’un questionnaire classique que nous avons complété par la suite par une batterie de questionnaires spécifiques à notre champ d’étude comme le questionnaire d’évocations hiérarchisées et le questionnaire de caractérisation. Nous disposons au final d’un corpus conséquent de 725 élèves interrogés par le questionnaire classique et 319 autres élèves par les questionnaires d’évocations et de caractérisation.

Un questionnaire de type « classique » est venu compléter le dispositif avec 66 élèves de CE2 pour contrôler le terme « Cro-Magnon ».[1]

Nous avons procédé à plusieurs types d’analyses en vue de leur confrontation.

  • Le savoir commun scolaire est appréhendé de trois façons :
    • Deux études caractéristiques des méthodes utilisées en psychologie sociale pour l’approche des représentations sociales :
      • Des analyses prototypiques et catégorielles via des questionnaires d’évocations hiérarchisées.
      • Des analyses de similitudes via des questionnaires de caractérisation.
    • Une étude plus standard via un questionnaire classique. Le savoir enseigné ou curriculum réel, qui ne fait pas l’objet de notre travail puisqu’il n’a pas été mesuré, est appréhendé de façon indirecte : l’analyse standard a été menée à l’aide de trois questionnaires successifs distribués avant, pendant et après le cours de Préhistoire, pour le niveau CE2. Une étude diachronique permet de mesurer l’influence du processus de transmission sur les représentations des élèves.
  • Le savoir à enseigner est étudié à travers un corpus de treize manuels scolaires et les programmes officiels.
    • Une identification des représentations des auteurs/éditeurs au sujet des connaissances, des valeurs et, quand cela est possible, des pratiques sociales de référence qui les ont influencées.
    • Une identification des obstacles épistémologiques.
  • L’objet d’étude, la « Préhistoire », est approché par l’intermédiaire de trois analyses :
    • Une analyse des représentations historiques  à partir d’une synthèse bibliographique.
    • Une synthèse des analyses récentes sur les représentations de la Préhistoire.
    • Une synthèse des données scientifiques actuelles sur la Préhistoire. Cette synthèse permet une comparaison de la distance qui existe avec le savoir à enseigner.

Les analyses issues de l’objet d’étude ont permis d’établir des synthèses dans lesquels nous avons tenté d’identifier les principaux obstacles épistémologiques et les représentations sous-jacentes.

Celles produites à partir du savoir savant actuel, nous ont permis d’établir des synthèses des connaissances et des représentations contemporaines.

Enfin, les résultats des études empiriques ont rendu possible l’identification de représentations ainsi que les principes organisateurs de prise de position c’est-à-dire leur ancrage socioculturel.

L’ensemble de ces données a fait l’objet d’une confrontation : les analyses sur l’objet d’étude ont été utilisées comme grilles de lecture et nous avons ainsi pu préciser les interactions entre savoir de sens commun scolaire, savoir à enseigner (de façon auxiliaire, le processus de transmission) et savoir scientifique actuel et historique.

[1] Tous les questionnaires sont accessible dans cette rubrique.

Lien : Introduction

Lien : Tableau de présentation synoptique du concept de la recherche

Pour une didactique de la préhistoire