Le repérage

Introduction

L’étude des représentations ne peut se contenter d’une seule approche, c’est pourquoi nous avons opté pour la stratégie de triangulation (Denzin, 1978). « L’idée de triangulation repose sur un principe de validation des résultats par la combinaison de différentes méthodes visant à vérifier l’exactitude et la stabilité des observations » (Apostolidis, 2003, p. 15). On distingue cinq formes de triangulation (Denzin, 1978 ; Janesick, 1998) :

  • triangulation des données (utiliser différentes sources de données dans une étude) ;
  • triangulation théorique (utiliser différentes théories pour interpréter les données recueillies) ;
  • triangulation méthodologique (utiliser différentes méthodes et techniques pour étudier le même phénomène particulier) ;
  • triangulation du chercheur (engager plusieurs chercheurs pour la collecte et l’interprétation des données) ;
  • triangulation interdisciplinaire (articulation avec différents champs disciplinaires).

Depuis l’étude princeps de Moscovici (1961), les méthodes de recherche ont très largement évolué et se sont diversifiées au point qu’il est aujourd’hui possible de procéder à l’analyse des représentations sociales d’un public cible de façon relativement précise avec des techniques assez variées : l’entretien, le dessin, les planches inductrices, le questionnaire classique, l’association libre, la carte associative, le réseau associatif, le questionnaire d’évocation hiérarchisé, le questionnaire de caractérisation, la méthode de mise en cause (MEC), l’induction par scénario ambigüe (ISA), le modèle des schèmes cognitifs de base (SCB), la technique de reconnaissance de l’objet (TRO) ou enfin le test d’indépendance au contexte (TIC ).

Dans le cadre de notre travail de thèse, nous avons  procédé à l’analyse de sources issues du curriculum formel (manuels scolaires) et des élèves (représentations), en articulant théorie des représentations sociales et transposition didactique, par l’intermédiaire de méthodes croisées (analyse de questionnaires classiques, analyses prototypiques et catégorielles, analyses de similitudes, AFC, classifications hiérarchiques et courbes de fréquences), dans les champs disciplinaires des sciences de l’éducation (didactique de l’Histoire) et de la psychologie sociale[1].

Nous avons décidé de mettre en place des études à la fois synchroniques et diachroniques.

– Synchroniques avec l’analyse des représentations de groupes-classes comparables de CE2, CM1 et CM2. Dans ce type de recherche, il est normalement nécessaire de pouvoir isoler la variable dont on veut étudier les effets. Étant donné que cela est impossible dans le cadre d’un travail comme le nôtre, car les paramètres sont trop nombreux et difficilement maîtrisables, il est courant d’interroger au même moment des groupes de sujets comparables comme c’est le cas pour nos classes.

– Diachroniques avec l’analyse des représentations auprès des mêmes groupes-classes de CE2, mais interrogés à des moments différents (trois passations sur l’année). Il s’agit d’une étude longitudinale. C’est la méthode la mieux adaptée pour l’étude de l’évolution d’une représentation. D’après Moliner, Rateau et Cohen-Scali (2002), ce type de recherche sur les représentations est très rare (Galli et Nigro, 1989) à cause de la lourdeur du dispositif et des pertes d’effectifs importants entre les passations.

Étudier les représentations enfantines appelle donc une méthodologie appropriée et nécessite des d’outils spécifiques adaptés à l’âge, c’est-à-dire au niveau de développement psychologique de l’individu à qui l’on s’adresse.

Nous allons présenter les méthodes dont nous avons fait usage, la façon dont nous les avons adaptées à notre public d’enfants, leurs avantages et limites.

Pour en savoir plus : Méthode repérage

Pour une didactique de la préhistoire