Épistémologie historique

En didactique, l’essentiel des études sur les représentations enfantines concerne les disciplines scientifiques et techniques comme les sciences naturelles et les sciences physiques (Giordan, de Vecchi, Martinand)[1] tandis qu’en psychologie sociale et en particulier dans le champ des représentations sociales, ce sont les domaines de la santé, des sciences économiques, des compétences, des relations sociales et de l’identité (le genre) qui priment (Aim et al. 2014). En ce qui concerne la Préhistoire, nous disposons de publications sur ses représentations au cours du XIXe siècle (« Vénus et Caïn », 2003) ainsi que de nombreuses ressources textuelles et iconographiques sur le site du Pôle International de la Préhistoire[2].

Nous avons constaté qu’au final l’Europe du XIXe siècle se représente elle-même à travers la Préhistoire et l’utilise pour justifier sa position dominante dans le monde et la position dominante des classes bourgeoises sur les classes ouvrières. Elle sert aussi à véhiculer, la plupart du temps inconsciemment, les différentes conceptions du moment comme le rapport homme/femme :

  • Le gorille enlevant une femme : la bête et l’humanité.
  • Se battre pour survivre et pour cela celui qui gagne est celui qui possède les outils : la technologie, l’industrie (une représentation qui remonte à l’Antiquité).
  • L’évolutionnisme détourné au service de la domination des classes ouvrières, de l’Européen civilisé face aux colonisés à qui il apporte ses bienfaits : l’homme supérieur (raciste).
  • Le rôle marqué de l’homme actif et dominant et de la femme passive et dominée, mère et épouse.
  • L’évolution comme un progrès linéaire dont les Européens sont l’aboutissement : l’Exposition universelle en est la représentation ultime.

Les hommes du XIXe siècle et le début du XXe siècle mais aussi la science du XIXe siècle sont soumis aux représentations sociales de leur temps et aux obstacles épistémologiques que Marie-Pierre Quessada a identifiés dans le cadre de son travail de thèse sur l’évolution humaine (voir figure ci-dessous) et que nous comparerons aux résultats de nos analyses des manuels scolaires.

obstacles épistémos quassada-01

[1] D’autres disciplines comme les sciences économiques ont fait l’objet d’une étude sous l’angle des représentations sociales (Dollo, 2001) mais pour les plus grands (à partir du collège) et bien sûr pas pour les enfants de l’école élémentaire.
[2] http://www.pole-prehistoire.com

Pour en savoir plus : Étude épistémologique historique / bref panorama historique sur la Préhistoire et l’Homme préhistorique

Pour une didactique de la préhistoire