Études récentes

Les études récentes qui portent sur les représentations de la Préhistoire chez les enfants[1] sont très éparses et assez anciennes pour la plupart : les publications de Gouletquer (1986), de Stoczkowski (1990) et la thèse de doctorat en Histoire de Pascal Semonsut (2009) sur les représentations de la Préhistoire dans la seconde moitié du XXe siècle.

Nous avons présenté les contenus et les méthodes employées par ces auteurs de façon à éclairer les analyses et les méthodes que nous utiliserons dans notre travail.

À travers les études citées précédemment, plusieurs constatations s’imposent :

  • Nous retrouvons bien ancrée dans le présent, une vision naturaliste des origines de l’Homme qui existait dans la seconde moitié du XVIIIe siècle et du début du XIXe à travers des thèmes comme l’homme barbare et violent, la femme soumise et reproductrice, la nature hostile, les conditions de vie difficiles et les fonctions de la culture primitive tournées vers la survie.
  • Nous observons le rôle marquant des médias (littérature, bande dessinée, cinéma, télévision…) et l’impact de certains événements particuliers : la guerre du feu, la découverte de Lucy, etc.
  • Nous remarquons enfin une relation de quasi-cause à effet entre une représentation de la Préhistoire et une situation historique qu’elle soit politique (la guerre froide, l’action d’hommes politiques comme François Mitterrand ou Jack Lang…), économique/sociale (l’exode rural, la société de consommation, l’électroménager, les seniors), écologique (l’ours, la déforestation, le réchauffement climatique) ou encore scientifique (la dendrochronologie, la découverte de Lucy).

La représentation de la Préhistoire s’inscrit donc totalement dans une historicité. Elle a une histoire et elle est retransmise. Il s’agit bien d’un phénomène social évolutif constitué d’événements « impliquant » (Rouquette et Guimelli, 1994) ponctuels (le fait) qui interagissent avec l’objet social, l’infléchissent et le transforment avec des effets variables dans le temps (la tendance).

Nous avons vu que selon le média utilisé, la nature de la représentation variait et que le manuel scolaire véhiculait la plupart du temps des représentations distinctes de la littérature, de la bande dessinée, de la télévision ou du cinéma. Elle n’est pas toujours en phase non plus avec l’avancée de la recherche. Cela ne veut pas dire pour autant que les élèves ont une représentation uniquement basée sur leur manuel. Comme tout le monde, ils évoluent dans une société et un groupe social d’appartenance et leur représentation de la Préhistoire est aussi construite sous l’influence des autres médias. Toutefois, à la différence de l’école qui s’adresse à tous, l’influence de tel ou tel média sera plus ou moins marquée selon la position sociale des individus (leur capital économique et culturel).

Il existe donc deux phénomènes qui se déroulent en parallèle et qui s’entremêlent :

  • L’influence de l’école : elle est la même pour tous dans le sens où le cours d’Histoire s’applique en même temps à un grand nombre d’élèves, mais cela ne veut pas dire que le résultat est le même pour tous pour deux raisons :
    • Chaque élève interprète l’information qui lui est donnée en fonction des représentations sociales dont il dispose au moment où le phénomène de transmission a lieu.
    • Les enseignants ne dispensent pas le même cours et les supports (livres, photocopies) ne sont pas identiques.
  • L’influence des autres médias : l’élève devient enfant et certains médias constitueront des vecteurs plus ou moins impliquant pour lui selon la position sociale qu’il occupe. On sait avec Bourdieu que les pratiques culturelles des Français varient en fonction de leur insertion sociale : par exemple l’usage de la télévision peut différer de façon importante selon la catégorie socioéconomique (Médiamétrie/Médiamat, janvier/octobre 2013). Toutefois cette approche reste à nuancer, car les choses ne sont plus aussi simples à cause des multiples évolutions depuis ces trente dernières années (Donnat, 2003, 2007 et 2011 ; Coulangeon, 2003) : la massification scolaire, les trajectoires professionnelles moins linéaires, l’importance croissante des médias brouillent le rapport entre positions sociales et préférences culturelles.

[1] L’étude de Peignoux J., Eidelman J. et Cordier J-P porte sur les adultes : L’évaluation préalable des représentations sociales sur la Préhistoire réalisée par l’URA 887 Sociologie de l’Éducation (CNRS/Paris V) en octobre 1994.

Pour en savoir plus : Les études récentes portant sur les représentations de la Préhistoire chez les enfants et à l’école.

Pour une didactique de la préhistoire