Les programmes d’histoire en primaire

La Préhistoire apparaît comme une sorte d’ovni au milieu de l’enseignement de l’Histoire. L’enseignement n’existe qu’en CE2 alors qu’il s’agit d’une période très complexe et particulièrement dense. La présence de la Préhistoire dans les recherches en didactique est d’ailleurs anecdotique en comparaison de celles qui portent sur les périodes historiques. Cette situation est due, selon nous, au fait que les chercheurs en didactique sont rarement archéologues de formation mais aussi que la communauté des archéologues soit peu ou pas présente au sein de la noosphère. Elle n’exerce donc aucune action de lobbying au niveau de la recherche comme au niveau politique pour défendre ses points de vue comme le font les historiens à travers l’Association des Professeurs d’histoire-géographie de l’enseignement public (ex SPHG). Cette absence est due aux conditions historiques de sa formation en tant que discipline et à une mésentente typiquement française qu’elle a toujours eue avec l’Histoire (Dufal, 2010). Il faut ajouter à cela un désintérêt vraisemblable du politique : l’histoire a toujours été liée à la politique en France, mais la Préhistoire ne laisse que très peu d’emprise (Tautavel !) pour la construction d’un « roman national ». C’est une période sans écriture, sans frontières, sans État… Le résultat est préjudiciable aux élèves, car la Préhistoire est selon nous porteuse d’un immense potentiel didactique dû à sa position intermédiaire entre sciences exactes et sciences humaines. Elle profite aussi, ce qui n’est pas toujours le cas, de l’engouement des élèves comme des enseignants, ce qui en matière de motivation est fondamental pour tout processus d’enseignement. Nous nous proposons d’étudier les conséquences de cette situation dans le cadre de l’analyse qui suit sur les manuels scolaires.

Pour en savoir plus : les programmes d’histoire en primaire entre 1995 et 2014

Pour une didactique de la préhistoire