Les représentations sur les attitudes genrées

Les élèves ont répondu en tout à huit questionnaires de caractérisation. Ces questionnaires ont permis d’analyser cinq thèmes : le climat/environnement, la nourriture/animaux, les objets, l’attitude et l’action. Les trois derniers thèmes ont été déclinés pour l’homme et pour la femme de Cro-Magnon. 

L’ensemble des analyses a permis de mieux cerner le positionnement de chaque item et l’influence des variables dans la structuration des représentations des attitudes de l’homme et de la femme de Cro-Magnon.

La représentation de l’homme est définie par des traits négatifs tandis que celle de la femme est positive. Les caractéristiques qui définissent l’homme ou la femme préhistorique sont tributaires de deux forces en présence : une opposition H/F (hypothèse 3) et CE2/CM1-CM2 (hypothèse 2).

  • Variable sexe :
    • Le « vêtement » (positif), « nu » et « violent » (négatifs) sont des caractéristiques propres aux filles.
    • L’opposition « doux/poilu » chez la femme est spécifique des filles et « doux/violent » chez l’homme est particulier aux garçons. Il est intéressant de constater que « doux » fonctionne en miroir dans les deux représentations : positif pour la femme, négatif pour l’homme.
  • Variable classes :
    • Les CE2 ont une vision plus positive de la femme de Cro-Magnon que les CM1 et les CM2 : pour les niveaux supérieurs, les items négatifs « courbé, « idiot », « poilu » et « nu » sont plus valorisés chez l’homme tandis que les items positifs « intelligent », « habile », « droit », doux », « vêtements » le sont moins chez la femme. En somme les CM1 et les CM2 ont une tendance à la dévalorisation alors que c’est l’inverse chez les CE2.

Nous avons donc une image globale :

  • D’un homme de Cro-Magnon décrit comme un personnage courageux, poilu et violent puis de façon secondaire idiot. Il ne fait assurément pas preuve de douceur. Il peut apparaître courbé.
  • D’une femme de Cro-Magnon caractérisée par ses vêtements, sa douceur, son habileté et son intelligence puis de façon secondaire par sa posture droite. Elle n’est ni nue ni violente.

Des éléments partagés dans les deux représentations : l’habileté et le vêtement sont périphériques chez l’homme et caractéristiques chez la femme.

Nous pensons que cette représentation commune et partagée par tous est largement conditionnée par les représentations sociales et les stéréotypes plutôt que par les manuels scolaires (savoir à enseigner) s’ils sont utilisés en classe (hypothèse 3 et 4)[1]. Dans les manuels, la posture courbée est associée aux hommes préhistoriques anciens tandis que la posture verticale est celle de l’homme moderne (Cro-Magnon). De même, ce sont les ancêtres les plus lointains qui sont dessinés avec le plus de poils alors que Cro-Magnon apparaît la plupart du temps avec une peau nue sans pilosité. Pourtant, les élèves ont tous considéré que Cro-Magnon était courbé et poilu. Du point de vue de l’intelligence et de l’habileté, de nombreux chapitres des manuels abordent la question de l’évolution technique sous l’aspect d’un progrès linéaire. On aurait pu s’attendre à retrouver cette notion à travers l’item « intelligent » ou « habile », mais Cro-Magnon est plutôt considéré comme un « idiot ». Enfin, nous avions noté que les différents hommes préhistoriques étaient de plus en plus habillés au fur et à mesure que l’on avançait dans le temps. Le vêtement n’est pourtant pas une caractéristique de l’homme Cro-Magnon mais seulement de la femme dont la description est l’opposé de celle de l’homme. Les caractéristiques de la femme de Cro-Magnon ne sont pas non plus dans les manuels scolaires : elle n’est pas plus vêtue que l’homme et les dessins ne donnent pas plus d’importance à l’habit féminin qu’à l’habit masculin. Au mieux, la douceur de la femme et en miroir la violence et le courage de l’homme pourraient être induits par la présence plus marquée d’hommes chasseurs que de femmes… mais ces hommes ne sont pas figurés en train de pratiquer un acte violent en tuant un animal : ils sont tous présentés de retour de la chasse avec leurs prises. Enfin, rien ne permet de justifier le fait que l’intelligence et la ressemblance (avec nous) soient des caractéristiques propres à la femme et pas à l’homme.

Le discours implicite des manuels scolaires sur la posture (droit/courbé), le comportement (violent/doux), le physique (poilu/nu/vêtement/nous-ressemble) et les aptitudes (intelligent/idiot/courageux/habile) de Cro-Magnon n’a selon nous pas influencé directement la représentation binaire chez les élèves d’un « homme singe » et d’une « femme civilisée ».

Nous ne pouvons pas nous positionner sur l’influence du savoir enseigné puisqu’il n’a pas fait l’objet d’une observation mais si ces aspects ont été traités en classe (et ils ont dû l’être au moins concernant la technique), ils n’ont pas eu plus d’effets que les manuels. S’ils n’ont pas été traités, on peut dire que le vide créé a vraisemblablement laissé place à l’influence des représentations sociales et au contexte socioculturel dans lequel les élèves évoluent, au détriment d’un savoir historique scolaire. En effet, ces représentations de « l’homme singe » et de la « femme civilisée » pourraient être le résultat d’une socialisation différenciée auquel cas elles refléteraient une image de l’homme et de la femme telle que la vivent les élèves/enfants au quotidien : des hommes/pères certes plus poilus (et moins doux car plus piquants !) que les femmes et sans doute plus caractérisés par des comportements agressifs ; des femmes/mères plus avenantes et douces, plus aidantes et habiles (de nombreuses mères font des activités manuelles et artistiques avec leurs enfants), qui font davantage attention à leur toilette que les hommes. La question de l’aspect physique, nudité vs vêtements, qui concerne spécifiquement la représentation de la femme préhistorique, est omniprésente dans notre société à travers les médias et l’on sait que les enfants y sont particulièrement réceptifs. Il nous semble que cela est de nature à induire une image positive de la femme préhistorique en référence à la femme contemporaine telle que l’on nous la présente dans les nombreux magazines et émissions télévisées : svelte, fine, droite (un top modèle), jolie… C’est aussi le cas de l’image de l’homme dont James Bond est l’archétype : violent, courageux, sans douceur, poilu.

Mais cela n’explique pas tout, et la question de la posture et de la pilosité pourrait être le reflet de l’héritage lointain des XIXe et XXe siècles qui interviennent vraisemblablement dans la construction de la représentation comme nous l’avons déjà suggéré dans les analyses d’évocations hiérarchisées : peut-être faut-il aller chercher dans les représentations historiques qui présentaient (et cela continue) nos ancêtres poilus et courbés comme des singes. L’image traditionnelle de l’évolution humaine en file indienne (reprise dans la pochette de disque du célèbre groupe musical Supertramp et plus récemment dans les SHS à Grenoble) en est un exemple. Selon Antonio Brusa (2010), il « est en réalité possible de fonder sur cette icône tout le récit de l’évolution qui mène des premiers hominidés à l’homme moderne » qui concentre en lui non seulement un mode de lecture « européocentré » mais aussi une vision linéaire du progrès. L’iconographie des manuels et notamment la présentation linéaire explicite de l’évolution humaine, présente dans 4 des 13 manuels que nous avons étudiée, montre un homme de Cro-Magnon toujours présenté à son avantage : droit et bien habillé, a priori intelligent. Cela ne permet donc pas de déduire un effet d’influence des manuels sur cet aspect de la posture. Toutefois une influence indirecte par contamination des images les plus conformes à une représentation sociale partagée n’est pas à exclure. Dans cette hypothèse, le discours scolaire ne ferait que s’insérer dans un contexte social et historique dont il est déjà indirectement le porte-parole. Les élèves ne conserveraient alors que l’iconographie qui n’entrait pas en dissonance avec leurs représentations. Cette piste est à explorer. Comme nous avons pu le voir dans les analyses précédentes, on constate que de la posture courbée à l’idiotie il n’y a qu’un pas que les élèves franchissent. Cette posture et cette inaptitude intellectuelle sont souvent associées, car il s’agit aussi d’une représentation sociale forte. Nos ancêtres ne sont-ils pas devenus intelligents grâce à la bipédie qui a eu pour conséquence de permettre l’usage des mains et donc le développement du cerveau ? Cette théorie développée au XIXe siècle par Darwin a été revalorisée dans les années 70 par Yves Coppens avec l’East Side Story largement médiatisée et même scolarisée (six manuels mentionnent Lucy). En somme, rester courbé, c’est rester dans l’animalité, se tenir droit c’est être intelligent et c’est une conception que les élèves ont bien illustrée.

La représentation des attitudes de l’homme et de la femme de Cro-Magnon est selon nous la conjonction de facteurs historiques et socioculturels contemporains dans la sphère des représentations sociales plus que celle d’une influence du manuel scolaire ou de l’enseignement.

[1] Il s’agit à la fois de représentations sociales historiques et socioculturelles.

Pour en savoir plus : Les attitudes

Pour une didactique de la préhistoire