Les représentations sur les objets genrés

Bollaert CE q3

Les élèves ont répondu en tout à huit questionnaires de caractérisation. Ces questionnaires ont permis d’analyser cinq thèmes : le climat/environnement, la nourriture/animaux, les objets, l’attitude et l’action. Les trois derniers thèmes ont été déclinés pour l’homme et pour la femme de Cro-Magnon. 

Dessin : École Bollaert CE2, Paris.

L’ensemble des analyses a mis en évidence l’existence de trois ensembles pour les représentations de l’homme et de la femme de Cro-Magnon.

  • L’ensemble des objets caractéristiques « publics » : propulseur, harpon et bois-feu

Le propulseur et le harpon renvoient à la chasse et à la pêche (et peut-être à la guerre), c’est-à-dire des activités particulièrement actives typiquement considérées comme masculines. Tous ces objets appartiennent à la sphère publique au sens où ils servent à réaliser des actions qui se situent à l’extérieur du camp et donc du foyer (au sens littéral du terme). Le feu possède un statut mixte : les objets qui servent à le fabriquer sont utilisés dans le campement (se chauffer, s’éclairer, se protéger, cuire les aliments, transformer la matière et socialiser) ou emportés à l’extérieur par ceux qui chassent et pêchent.

  • L’ensemble des objets « non-caractéristiques » domestiques : aiguille, collier (flûte)

L’aiguille et le collier (et la flûte dans la représentation de l’homme) font référence au domaine domestique au sens latin du terme, c’est-à-dire des activités essentiellement réalisées en intérieur, au sein du foyer. La couture, la parure et la musique sont des activités calmes qui ne nécessitent pas beaucoup d’énergie.

  • L’ensemble des objets intermédiaires « domestiques » : pinceau, lampe, grattoir (flûte)

Tous les objets de cet ensemble sont aussi des objets du quotidien, c’est pourquoi nous les avons aussi qualifiés de « domestiques ». Le pinceau chez l’homme et la lampe chez la femme ont une fonction d’intermédiaire entre les ensembles « caractéristiques » et « non-caractéristiques ». Les éléments périphériques qui constituent systématiquement cet ensemble gravitent davantage autour des éléments « non-caractéristiques » dans la représentation de l’homme de Cro-Magnon et autour des éléments caractéristiques de la femme. La flûte est un objet mal situé, tantôt « non-caractéristique », tantôt périphérique proche du « non-caractéristique ».

L’association faite par les élèves chez l’homme comme chez la femme entre la lampe et le pinceau renvoie-t-elle à une représentation de l’artiste en train de peindre dans une grotte ? Image qui pourrait être complétée par l’association « bois-feu-lampe » car pour avoir de la lumière il faut faire du feu.

Même si les AFC n’ont pas montré de résultats significatifs dus au sexe, on note que certaines relations inclusives entre objets « domestiques » ne concernent que les filles. Les représentations demeurent toutefois essentiellement organisées autour de la variable « classes ».

Nous avons donc une image globale d’un homme de Cro-Magnon qui utilise une poignée d’objets stéréotypés masculins et une femme qui dispose d’une gamme d’objets plus étendue stéréotypés féminins.

Le tableau comparatif qui suit (tableau 155) montre que globalement les objets principaux trouvés dans les représentations de l’homme de Cro-Magnon (en bleu) sont aussi ceux qui sont le plus présents quantitativement dans les manuels scolaires. Cela est moins évident pour la représentation de la femme, car nous ne rencontrons aucun collier dans les manuels scolaires en tant qu’objet préhistorique. Tout au plus un exemplaire peut apparaître autour du cou du personnage féminin d’une scène, mais le dessin est si petit et anecdotique qu’il passe quasiment inaperçu. L’aiguille est plus présente, mais comme nous avons pu le constater, elle reste très marginale par rapport aux autres objets. S’il y avait eu un effet « manuel », nous aurions été en droit de nous attendre pour la femme de Cro-Magnon à la présence de deux objets « féminins » plus récurrents que l’aiguille ou le collier comme la flûte ou la lampe. C’est pourtant du côté des éléments périphériques que nous trouvons ces objets dont le pinceau qui n’apparaît jamais dans les ouvrages scolaires. Quant au grattoir, il est possible qu’il ait pu être confondu et assimilé par les élèves au racloir puisque les deux sont souvent confondus (à condition que les élèves aient la capacité de les distinguer) mais cela n’enlève rien à la position secondaire respective de chacun de ces deux objets.

Tableau 155 : Comparaison de l’ordre d’importance des objets entre l’analyse de similitudes et les manuels scolaires

Classement par ordre d’importance dans l’analyse
Éléments principaux des représentations Éléments périphériques des représentations
propulseur harpon bois-feu aiguille collier flûte pinceau lampe grattoir
Classement par ordre d’importance dans les manuels
harpon (16) propulseur (10 lampe (8) bois-feu (6) flûte (5) aiguille (5) parure (1) racloir (4)

Si la comparaison quantitative permet de justifier la position prédominante du propulseur et du harpon au regard d’une influence éventuelle du manuel scolaire sur les élèves, elle n’offre pas d’explication concernant celle de l’aiguille ou du collier (inexistant dans les livres scolaires) et encore moins pour l’attribution des objets à un sexe plutôt qu’à un autre.

Le harpon, qui est l’arme la plus illustrée, est exclusivement utilisé par des femmes tandis que le propulseur est manipulé par des hommes. Le bois-feu (fabrication du feu), la flûte et la lampe sont des objets « asexués ». En toute logique, le harpon qui est le seul objet sexué aurait dû apparaître, même a minima, parmi les objets féminins ce qui n’a jamais été le cas.

En l’absence d’informations sur l’utilisation du manuel scolaire par les élèves, en classe ou chez eux, et de la documentation fournie par les enseignants, il est difficile de dire dans quelle mesure les élèves ont pu être influencés par le savoir scolaire. On constate toutefois que la répartition des objets en fonction du sexe relevée dans nos analyses ne peut pas provenir du savoir à enseigner. Il s’agit selon nous de stéréotypes sociaux (hypothèse 3) et l’explication des attributions doit être cherchée du côté des représentations sociales.

Pour en savoir plus : Les attitudes

Pour une didactique de la préhistoire