L’Homme préhistorique et l’évolution

Nous allons publiés chaque mois quelques éléments de réflexion sur ce thème dont : l’Homme et le temps, l’Homme et l’évolution, l’Homme et l’environnement, l’Homme et la technique, l’Homme et l’habitat, l’Homme et les croyances, l’Homme et la science…

Les fossiles humains, retenus pour composer la lignée humaine en file indienne dans les manuels, sont à géométrie variable selon l’édition et se résument souvent à la portion congrue (australopithèque, habilis, erectus, Néandertal et sapiens) avec parfois quelques nouveaux venus selon les découvertes du moment (ergaster). Le vocabulaire est flou et les concepts (espèce, genre) inexpliqués. Les personnages, que l’on peut qualifier d’idéaltypes (Prost, 2010, p.125-134) subsument un certain nombre de caractéristiques discutables. Les sujets comme la bipédie, le langage, le cerveau[1], l’apparition des outils et au final la définition de ce qu’est un Homme ou un humain sont évacués tandis que la théorie de l’évolution n’est jamais mentionnée : la question des primates et de la parenté entre l’homme et le singe n’existe ce qui aurait évité le piège de l’anthropocentrisme. Les présentations en forme de lignée ne permettent pas d’appréhender les connexions entre les différents fossiles et favorisent l’idée d’un progrès linéaire que l’on retrouve dans la chronologie. Les différentes formes graphiques sur l’évolution ne sont pas interrogées dans le rapport qu’elles impliquent entre chronologie et chronosophie. Dans les manuels français, l’homme de Tautavel subit une tentative de « nationalisation » au titre du plus ancien homme préhistorique français.

Une présentation de l’évolution humaine, plus conforme au savoir savant devrait être en mesure d’aborder :

  • La position de l’homme dans l’ordre des primates (l’occasion d’aborder ce qui caractérise ce groupe) et la relation de parenté entre l’homme et le singe (hominoïdes actuels) : cela permettrait de travailler les représentations des élèves sur l’homme-singe, poilu, courbé (de Carlos, 2015).
  • La diversité des espèces de la lignée humaine et les trois grandes catégories[2] dans lesquelles on les classe en fonction de caractéristiques morphologiques et des productions techniques qui peuvent être associées : travail transversal alliant sciences de la nature et technologie.
  • La répartition géographique mondiale des espèces pour éviter tout européocentrisme, francocentrisme ou hispanocentrisme, échapper au « récit » ou au « roman » national, et contribuer au développement d’une conscience universelle[3].
  • La répartition des espèces sous la forme d’un arbre cladistique de façon à insister sur l’aspect buissonnant de la lignée humaine et à aborder les relations entre espèces : en particulier celle entre Homo neanderthalensis et Homo sapiens. L’homme moderne n’est plus le sommet de l’évolution et s’inscrit, au même titre que tous les représentants du monde vivant, dans la nature. Il s’agit de « monter la variété de modèles explicatifs » (Sierra, 2010, p.7) et de ne pas présenter l’évolution humaine de façon dogmatique.
  • Une iconographie qui ne soit pas caricaturale en reprenant ce qui se fait de plus récent dans la reconstitution anatomique des fossiles pré-/humains : changer les représentations en proposant des visuels plus conformes aux données scientifiques et surtout moins connotées en termes de valeurs.
  • Des concepts et du vocabulaire : évolution, espèce, genre, caractère, hominidé, homininé, hominoïde, homme, humain, bipédie : contrairement à l’histoire, la préhistoire mobilise davantage de concepts scientifiques que d’idéaltypes (Prost, 2010, p.125-134) parce qu’elle liée aux sciences de la nature.
  • Une initiation à la théorie de l’évolution de Darwin permettrait d’éviter une conception évolutionniste simpliste de type Lamarckiste (une transformation par étapes successives, vers quelque chose de mieux) et finaliste (téléologie de la causalité (Cariou, 2012, p.139).

Le thème de l’évolution humaine doit permettre d’acquérir des concepts, du vocabulaire et de remplacer les fausses représentations simplistes. Il s’agit d’insister sur les incertitudes et la nécessaire actualisation des données qui ne sont pas figées. Par extension insister sur l’évolution constante de la recherche permet de faire la différence entre science et croyance (dogme).

[1] Des lignées de crânes sont aussi mises en relation avec les lignées humaines et renforcent l’association entre évolution et progrès sous prétexte d’une augmentation linéaire de taille des cerveaux.

[2] Les plus anciens, les australopithèques et le genre Homo.

[3] La conscience universelle se situe au-delà de la conscience historique qui s’inscrit dans des frontières et restreint l’individu. La préhistoire est une histoire de l’humanité sans nations, ce qui la rend universelle. En développant une conscience universelle, on contribue à nourrir une mémoire sociale à l’échelle de l’humanité et l’on donne les moyens aux générations futures de faire face aux enjeux planétaires en pensant en tant qu’espèce.

 



Citer ce billet
Philippe de Carlos (2016, 21 juin). L’Homme préhistorique et l’évolution. Didactica préhistorica. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t0cu