L’Homme préhistorique et la technique

Contrairement aux périodes historiques, il n’est pas possible de travailler sur des documents « source » tel qu’on peut le faire en histoire. Le document source en Préhistoire est l’artefact[1] et la connaissance est « produite » par l’archéologue à partir de celui-ci.

Les manuels scolaires laissent une place importante aux objets préhistoriques et plus particulièrement aux armes et aux outils en silex au détriment d’autres catégories et d’autres matières. Cette vision stéréotypée est associée à une conception linéaire finaliste et simplificatrice (le progrès technique) et évolutionniste (une transformation et une amélioration successive) comme pour l’évolution humaine à laquelle elle est parfois adossée. Les outils préhistoriques sont le reflet d’une vision techniciste en dehors de toute dimension culturelle. L’aspect technique des outils est lui-même évincé puisqu’ils ne sont présentés que pour leur forme ou leur fonction présumée sans aborder les caractéristiques qui permettent aux paléolithiciens de les catégoriser. Comme pour la faune et la flore, les outils réduits à quelques exemplaires constituent une boite à outils que les préhistoriques utilisent pour survivre : la technique (dont fait partie le feu) est le salut de l’humanité.

La culture matérielle est pourtant un domaine où la recherche en préhistoire a accumulé le plus de données qu’il serait facile d’exploiter dans le cadre d’une didactique de la préhistoire.

  • La typologie : une exemplification ou un exercice de typologie permet d’exercer le raisonnement analogique tout en abordant la question du temps : l’objet-repère (un fossile directeur, une date), la périodisation (le temps associé à l’objet et l’objet en tant que rupture technique), la simultanéité et le cycle (un même objet chez deux cultures préhistoriques différentes ; l’abandon et la réapparition de l’objet dans le temps). C’est aussi l’occasion de mettre en place un argument par analogie (Boissinot, 2015, p.153).
  • La chaîne opératoire : ce concept offre la possibilité de montrer comment les paléolithiciens arrivent à déterminer les étapes de réalisation d’un objet et son fonctionnement. Il est aussi l’occasion d’aborder la gestion de la matière première et donc l’utilisation des ressources environnementales (en relation avec le thème de l’Homme et son environnement), de montrer à travers la façon de débiter le silex ou le bois de renne une certaine façon de « penser » l’objet (capacités cognitives des préhistoriques), de soulever la question de l’apprentissage (la reproduction répétée sous-tend le concept de système technique) et enfin, de faire le lien entre un système technique et des homininés (concept de culture matérielle). On évite ainsi les associations simplistes présentées dans le cadre de l’Homme et le temps, entre un objet et un représentant de la lignée humaine tout en explicitant comment la recherche travaille l’artefact.
  • La problématisation : l’élaboration d’un questionnement à partir par exemple du « bâton percé »[2] donnerait la possibilité de comprendre ce que peut être un processus d’interprétation et les différentes hypothèses qui peuvent surgir.
  • Une imagerie diversifiée : il s’agit de proposer aux élèves un référentiel iconographique d’objets préhistoriques aussi variés que possible de façon à enrichir leurs représentations.

[1] En Histoire, la source est un document écrit soit contemporain du fait historique soit postérieur, produit par des personnes communes ou des experts (l’historien). En Préhistoire il n’y a pas de témoignages contemporains puisqu’il n’y a pas d’écriture. Seul l’objet témoigne et pour cela, il faut « le faire parler ».

[2] La « bâton percé » anciennement appelé « bâton de commandement » (ce qui dénote d’une certaine représentation des préhistoriens de l’époque), est un objet dont la fonction est inconnue. Il est fabriqué à partir d’un bois de renne et comporte un (exceptionnellement deux) gros trou. Il est orné.



Citer ce billet
Philippe de Carlos (2016, 26 septembre). L’Homme préhistorique et la technique. Didactica préhistorica. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t0cw