L’Homme préhistorique et l’habitat

Ce thème n’existe pas en soi dans les manuels scolaires. Il est présenté de façon indirecte à travers les illustrations fictives. La proposition scolaire ne permet pas de dissocier clairement les époques chronologiques qui correspondent aux différents habitats préhistoriques. Les manuels proposent d’année en année les mêmes images stéréotypées. Avant les hommes vivaient dans ou à l’entrée des grottes puis avec Homo sapiens dans des tentes. L’ensemble des images donne l’impression de conditions de vie difficiles pour un contemporain en terme de promiscuité et d’hygiène (que l’on retrouve dans l’environnement et les outils) ainsi qu’une impression de labeur (tout le monde est occupé à faire quelque chose même si les actions proposées sont très restreintes).

Les tentes sont assez grossières alors qu’une iconographie plus précise aurait pu être intéressante d’un point de vue pédagogique : les enfants qui ont fait du camping sont nombreux et il est possible de partir de leurs représentations, c’est-à-dire du sens commun, pour problématiser une situation didactique (Le Marec et al., 2009 ; Doussot, 2011 ; Vézier, 2010). La question de l’organisation spatiale n’est pas traitée que ce soit en grotte ou en tente : elle fait plutôt l’objet d’une présentation caricaturale où l’ambiance fermée et restreinte de la grotte s’oppose à la vie au « grand air » chez l’homme moderne. Comme dans les thèmes sur le temps, l’évolution et la technique, les auteurs et les éditeurs véhiculent des valeurs liées à l’idée d’un progrès associé à notre espèce. Le message est simple et consiste à exprimer le fait que nos ancêtres vivaient en petits groupes, étaient mobiles, devaient chasser, pêcher et faire de la cueillette pour subsister et beaucoup travailler pour survivre dans des conditions de vie rudimentaires et difficiles. « Le problème c’est qu’on donne une vision du paléolithique franchement déplorable (…) une image des sociétés paléolithiques extrêmement simple, sans complexité aucune » (Sierra, 2010, p.7).

Pour rompre avec ce type de discours, il serait nécessaire de faire de ce thème un sujet du manuel scolaire :

  • Les types d’habitats : après avoir traité le concept d’habitat avec les élèves, il est possible à travers des exemples d’aborder la question de ses manifestations (formes, matériaux, espace) et de sa transformation. Un travail d’analogie peut être réalisé avec l’analyse de plans d’habitat contemporains modernes, mais aussi de « peuples premiers ». Il est alors possible d’expliquer comment les préhistoriens ont eux-mêmes recours à l’ethnographie et à l’ethnologie pour essayer de mieux comprendre les vestiges archéologiques. Cette approche a le mérite d’ouvrir sur le monde et d’expliciter le fonctionnement de la recherche. L’analyse spatiale est aussi une manière d’aborder les capacités cognitives de nos prédécesseurs : l’organisation de l’habitat comme la façon d’appréhender le bloc de silex sont la matérialisation d’une projection de la pensée dans un espace à trois dimensions.
  • Les modes de vie méritent d’être questionnés comme les différentes stratégies des chasseurs cueilleurs (Stratégie de Mobilité Résidentielle dite SMR et Stratégie de Mobilité Logistique dite LMS). L’exemple de Néandertal en Dordogne (Depaepe, 2009) et le recours à l’ethnologie peuvent illustrer le propos.
  • La pertinence des objets proposés dans les manuels scolaires pour illustrer une période chronologique doit être interrogée : par exemple, les faucilles à lames de silex et les meules n’ont aucun intérêt si l’invention du silo à grain qui conditionne l’existence des premiers est passée sous silence.
  • Le concept de nomade (et celui de sédentaire) doit aussi être questionné : l’on parle désormais de semi-nomadisme pour les périodes du paléolithique supérieur récent sachant que le nomadisme n’empêche pas la mise en culture saisonnière de plantes comme cela est attesté ethnologiquement. Cela aurait l’avantage de ne pas favoriser chez les élèves une pensée manichéenne associée à la notion de progrès et construite sur l’opposition paléolithique/néolithique à travers les concepts de nomade-chasse-cueillette / sédentaire-élevage-agriculture-artisanat. Certains concepts comme « révolution néolithique », « sédentarisation », « commerce » ou certains termes comme « fortification »[1] doivent être explicités et utilisés dans le bon contexte.
  • Les enseignants doivent s’interroger sur les représentations des manuels scolaires pour éviter de perpétuer certaines images d’Épinal comme la maison sur pilotis pour le néolithique (Kaeser, 2006), sur leurs propres représentations et les jugements de valeur des documents qu’ils utilisent pour ne pas devenir de simples vecteurs d’une idéologie comme les prémices de l’État providence et la justification de la domination d’une minorité sur les autres.

[1] Anachronique pour le néolithique.



Citer ce billet
Philippe de Carlos (2016, 11 novembre). L’Homme préhistorique et l’habitat. Didactica préhistorica. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t0cx