L’Homme préhistorique et les croyances

Cette question est taboue dans les manuels scolaires qui préfèrent l’aborder de façon très indirecte à travers la production artistique, un sujet consensuel. La relation entre l’art et les croyances est gênante et difficile à traiter pour les auteurs d’autant qu’il fait polémique dans la communauté scientifique. L’art est essentiellement présenté sous la forme de peintures et les autres expressions sont quasiment ignorées (sculpture, gravure, mobilier).

Les peintures elles-mêmes sont limitées aux animaux tandis que les représentations humaines ou symboliques sont réduites à leur plus faible expression ou absentes. Le thème est traité d’un point de vue descriptif, technique (comme les outils) et esthétique en valorisant le patrimoine national (Lascaux) et quasiment jamais du point de vue symbolique. L’art contribue à donner une image positive de l’homme préhistorique et conforte même le caractère supérieur de l’espèce qui en est à l’origine, Homo sapiens.

Il est pourtant facilement envisageable de présenter l’art et la question des croyances en valorisant la démarche scientifique :

  • D’un point de vue épistémologique, l’art pariétal préhistorique est un tournant dans la recherche puisqu’elle change radicalement la représentation de l’homme préhistorique que pouvait avoir la société et les scientifiques de la fin du XIXe et au début du XXe siècle : une image qui devient positive. Cela peut être l’occasion d’aborder, sous un angle plus philosophique, la question de ce qui caractérise l’Homme par rapport au règne animal (langage, fabrication d’objets, locomotion, etc.) en soulignant que si la plupart des critères avancés ont depuis lors été remis en question, il reste la capacité de créer.
  • D’un point de vue chronologique, l’art n’est pas une génération spontanée. La surprenante finitude (apparente) de l’art doit être interrogée de façon à permettre aux élèves d’imaginer une antériorité plus ancienne, d’autres origines possibles (pourquoi pas un art néandertalien ?), de concevoir d’autres supports alternatifs notamment périssables.
  • D’un point de vue patrimonial : si l’on peut comprendre la finalité officielle  de faire « connaître notre héritage historique, assimiler le patrimoine politique et culturel de la France » (JO du 2 mars 1995), il n’en reste pas moins, qu’à leur de la mondialisation, il semble nécessaire d’ouvrir l’esprit des jeunes générations au-delà des frontières. La préhistoire (comme l’homme de Tautavel) n’est pas française et ne se résume pas à un site national emblématique (Lascaux en France ; Altamira en Espagne) : il faut proposer d’autres exemples nationaux et surtout à l’étranger de façon à enrichir les représentations des élèves comme les peintures de la Cueva de los Manos en Argentine.
  • D’un point de vue artistique : s’il s’agit-il de faire appréhender différentes formes d’expression et pas seulement de donner à voir comme au musée. Il est nécessaire de proposer de la peinture, de la sculpture, de la gravure, du modelage, de la parure et même de la taille de silex. Toutes ces activités peuvent faire l’objet d’expérimentations en classe avec l’avantage d’allier théorie et pratique (comme avec la fouille archéologique).
  • D’un point de vue des croyances : l’art pour l’art n’existe pas durant la préhistoire. Il renvoie inévitablement à des conceptions qui nous échappent et c’est justement cet aspect qui pourrait être traité en classe en montrant les limites auxquelles se heurte la science. C’est aussi l’occasion de faire la différence entre les data et la production de connaissance d’une part et l’interprétation d’autre part. Ce sujet peut faire l’objet d’une problématisation où les élèves seraient amenés, à partir d’une documentation choisie, à découvrir et à discuter la validité de différentes hypothèses. Du point de vue du vocabulaire et des concepts, l’enseignant doit aussi distinguer « croyance » de « pensée religieuse », de « religion » et de « spiritualité » en les explicitant : les termes « religion » et » pensée religieuse » sont anachroniques pour l’époque concernée.


Citer ce billet
Philippe de Carlos (2016, 16 décembre). L’Homme préhistorique et les croyances. Didactica préhistorica. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t0cz