L’Homme préhistorique : apparence, attitudes, actions et genre

Les connaissances que nous avons de l’apparence, des attitudes et des actions des préhistoriques ne sont pas directement issues des étapes de récupération de l’information ou de la production de la connaissance, car les données sont souvent très partielles dans ces domaines. Elles sont plutôt le résultat d’interprétations, plus ou moins plausibles. Hormis la position physique (droit/courbé) qui peut-être déterminée avec certitude à partir de fossiles (lorsque les restes sont suffisants), les artefacts ne donnent aucune information sur le caractère de nos ancêtres. Ils apportent des indications sur les capacités (habileté), mais, même lorsqu’il s’agit du langage, les données anatomiques ne permettent pas de trancher (de Beaune, 2007). La question se complique lorsque l’apparence, les attitudes et les actions sont connotées par l’effet de genre. En la matière, le discours des manuels scolaires est totalement subjectif et soumis à l’effet des représentations sociales (de Carlos, 2015). Il n’a aucun fondement scientifique et s’exprime essentiellement sous la forme d’illustrations à travers un point de vue stéréotypé sur les rôles des sexes (passive/homme actif ; femme d’intérieur/homme d’extérieur ; homme travail/femme nourricière ; activités domestique-femme/activités de subsistance et violente-homme), que l’on peut qualifier de sexiste (une vision de l’homme supérieur à la femme). Il en est de même en ce qui concerne la représentation des différentes espèces : l’Homme préhistorique s’améliore avec le temps (progrès linéaire) avec une transition progressive courbé vs droit, violent vs doux, poilu vs habillé… Lorsque les préhistoriques sont dessinés dans leur habitat, c’est la famille nucléaire sur le modèle XIXe siècle qui est représentée : la femme au foyer avec les enfants, les hommes à la chasse, le vieillard qui veille.



Citer ce billet
Philippe de Carlos (2017, 7 février). L’Homme préhistorique : apparence, attitudes, actions et genre. Didactica préhistorica. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t0d1